Que faire si il réclame ses parents ?

Publié le : 19 octobre 202311 mins de lecture

Que vous soyez une nounou, un parent proche, un auxiliaire de crèche ou tout simplement garde d’enfants aux services ponctuels à qui incombe la garde d’enfant, il se peut que vous soyez confronté aux demandes incessantes des enfants. Il est dans leur nature de demander puisqu’ils ne sont pas encore tout à fait autonomes. Pourtant lorsqu’ils réclament leur parent il s’agit d’un autre dilemme.

Comprendre l’angoisse de la séparation

Les enfants sont naturellement attachés à leurs parents, et il est normal qu’ils se sentent anxieux lorsqu’ils sont séparés d’eux. Cette anxiété est particulièrement présente pendant la période de l’angoisse de la séparation, qui peut commencer vers l’âge de 8 mois et durer jusqu’à environ 6 ans. Durant cette période, l’enfant réalise qu’il est un individu distinct de ses parents et peut craindre l’abandon. La peur de perdre ses parents, également connue sous le nom d’angoisse de la séparation, est un phénomène psychologique courant chez les enfants en bas âge. Plusieurs facteurs psychologiques contribuent à cette peur :

  • Attachement inné : Les bébés naissent avec un besoin fondamental de proximité et de sécurité, et ils développent un attachement fort envers leurs parents dès les premiers mois de leur vie. Cet attachement est essentiel pour leur survie, car il garantit qu’ils obtiennent les soins et la protection dont ils ont besoin.
  • Développement de l’identité : Vers l’âge de 8 mois, les enfants commencent à réaliser qu’ils sont des individus distincts de leurs parents. Cette prise de conscience de leur propre identité s’accompagne souvent de la crainte que la séparation d’avec leurs parents soit permanente et qu’ils soient abandonnés.
  • Dépendance émotionnelle : Les enfants dépendent émotionnellement de leurs parents pour obtenir de l’amour, de l’attention, de la sécurité et de la nourriture. Ils ont besoin de leurs parents pour répondre à leurs besoins physiques et émotionnels. La peur de perdre leurs parents est donc liée à la crainte de perdre la source de cette dépendance.
  • Imagination et perception du temps : Les enfants ont une perception du temps différente de celle des adultes. Ils peuvent ne pas comprendre que leurs parents reviendront après une période d’absence. Leur imagination peut également les amener à craindre le pire en l’absence de leurs parents.
  • Expériences passées : Les expériences antérieures de séparation, telles que des moments où les parents sont partis plus longtemps que d’habitude, peuvent renforcer l’anxiété de la séparation. Si un enfant a vécu des séparations difficiles, il peut développer une anxiété accrue à l’idée de perdre ses parents.
  • Facteurs individuels : Chaque enfant est unique, et certains peuvent être plus sensibles à l’angoisse de la séparation que d’autres en raison de leur tempérament et de leur personnalité. Certains enfants sont naturellement plus timides ou anxieux, ce qui peut amplifier leur réaction à la séparation.
  • Environnement familial : Les dynamiques familiales et les interactions parent-enfant peuvent également influencer l’angoisse de la séparation. Un environnement familial sécurisant et des parents attentifs et réceptifs peuvent contribuer à apaiser cette anxiété.

L’angoisse de la séparation est un aspect normal du développement de l’enfant, et la plupart des enfants finissent par la surmonter à mesure qu’ils grandissent et gagnent en confiance en eux et en leurs parents. Cependant, il est essentiel pour les parents et les personnes en charge de l’enfant de reconnaître cette anxiété, de la gérer de manière rassurante et de créer un environnement sécurisé pour aider l’enfant à traverser cette phase.

À lire en complément : Comment traiter les troubles du comportement d'un jeune enfant ?

Rassurer l’enfant avec un dialogue

  • Situation quotidienne : Imaginez que vous soyez en charge d’un enfant pendant le déjeuner, et qu’il commence à réclamer ses parents.
  • Astuce : Asseyez-vous à côté de l’enfant, parlez-lui calmement et réconfortez-le en utilisant des mots simples et apaisants. Par exemple, dites : « Je comprends que tu veuilles voir tes parents, mais ils doivent travailler en ce moment. Ils t’aiment beaucoup et pensent à toi. Ils reviendront quand tu auras fini ton repas. »
  • Explication : Les enfants ont besoin d’entendre des paroles rassurantes pour se sentir en sécurité en dehors de la présence de leurs parents. Utiliser des marqueurs de temps compréhensibles pour l’enfant l’aide à mieux comprendre quand ses parents reviendront.

Derniers recours : céder au caprice

  • Situation quotidienne : Vous êtes une nouvelle personne dans la vie de l’enfant, et malgré vos efforts pour le rassurer, il continue de pleurer et de réclamer ses parents de manière incontrôlable.
  • Astuce : Si la situation devient vraiment difficile à gérer, envisagez de passer un appel vidéo (FaceTime ou autre) avec les parents. Montrez l’écran à l’enfant pour qu’il puisse voir ses parents en train de travailler ou vaquer à leurs occupations. Cela peut le rassurer en lui montrant qu’ils sont toujours accessibles, même s’ils sont physiquement absents.
  • Explication : La technologie moderne permet des interactions visuelles qui peuvent apaiser l’enfant en lui montrant que ses parents sont proches même s’ils ne sont pas physiquement présents.

Préparation préalable par les parents

  • Astuce : Les parents peuvent contribuer à atténuer l’angoisse de la séparation en préparant leur enfant à l’avance. Par exemple, ils peuvent expliquer qu’ils doivent travailler et qu’ils reviendront bientôt, en insistant sur l’amour qu’ils ont pour leur enfant. Ils peuvent également créer des rituels de séparation réconfortants, comme un bisou spécial ou un câlin avant de partir.
  • Explication : La préparation préalable permet à l’enfant de comprendre que la séparation est temporaire et que ses parents reviendront. Les rituels de séparation renforcent le lien émotionnel et apaisent l’enfant.

En résumé, il est essentiel de comprendre l’angoisse de la séparation chez les enfants et d’utiliser des techniques de communication apaisantes pour les rassurer. Si les demandes persistent, envisagez des appels vidéo avec les parents ou, en dernier recours, demandez à un parent de prendre une pause pour réconforter l’enfant. La préparation préalable par les parents peut également aider à atténuer l’angoisse de la séparation à long terme.

Questions fréquentes des internautes

Q1 : Pourquoi l’angoisse de la séparation peut-elle varier d’un enfant à l’autre ?

L’angoisse de la séparation peut varier d’un enfant à l’autre en fonction de leur tempérament, de leur expérience passée avec la séparation, de leur niveau de confiance en eux et en leurs parents, ainsi que de leur âge. Certains enfants sont plus résilients face à la séparation que d’autres.

Quels sont les signes courants de l’angoisse de la séparation chez les enfants ?

Les signes courants de l’angoisse de la séparation incluent les pleurs excessifs, les demandes répétées des parents, le refus de participer à des activités sans eux, les cauchemars liés à la séparation, et parfois même des symptômes physiques tels que des maux de ventre.

Comment puis-je aider un enfant à développer son sentiment de sécurité en dehors de la présence de ses parents ?

Encouragez les activités indépendantes et autonomes qui renforcent la confiance en soi de l’enfant. Cela peut inclure des jeux avec d’autres enfants, des activités artistiques ou sportives, où l’enfant peut apprendre à se sentir à l’aise en dehors de la présence constante de ses parents.

Comment gérer l’angoisse de la séparation chez les enfants plus âgés, au-delà de l’âge de 6 ans ?

L’angoisse de la séparation peut persister au-delà de l’enfance précoce. Pour les enfants plus âgés, il est important d’encourager l’expression de leurs sentiments et de les aider à développer des mécanismes d’adaptation sains, tels que la communication ou la recherche de soutien auprès d’amis proches ou d’autres adultes de confiance.

Est-ce que l’utilisation de la technologie, comme les tablettes ou les téléphones, peut aider à apaiser l’angoisse de la séparation chez les enfants ?

La technologie peut être un outil utile pour apaiser l’angoisse de la séparation chez les enfants plus âgés, en leur permettant de rester en contact avec leurs parents par le biais d’appels vidéo ou de messages. Cependant, il est important de surveiller le temps d’écran et de s’assurer qu’il est utilisé de manière équilibrée.

Comment puis-je aider un enfant à se préparer à une transition importante, comme le début de la garderie ou de l’école ?

Avant une transition majeure, comme le début de la garderie ou de l’école, il est conseillé d’expliquer à l’enfant ce qui va se passer. Visitez le nouvel environnement avec lui, parlez-lui des nouvelles expériences positives qu’il vivra, et assurez-vous qu’il se sente en sécurité en vous rappelant qu’il retrouvera ses parents à la fin de la journée.

Comment puis-je différencier les pleurs liés à l’angoisse de la séparation des pleurs dus à d’autres besoins ou inconforts ?

Il peut être difficile de différencier les pleurs de l’angoisse de la séparation des pleurs liés à d’autres besoins. Cependant, si l’enfant réclame spécifiquement ses parents, même après que ses besoins physiques (nourriture, changement de couche, etc.) ont été satisfaits, il est probable que l’angoisse de la séparation soit en jeu. Dans ce cas, les stratégies de réconfort discutées dans la FAQ peuvent être utiles.

Les vertus éducatives du code moral du judo
Comment traiter les troubles du comportement d’un jeune enfant ?

Plan du site